Plongeuse.eu Advertisement
Accueil arrow L'Asie arrow Les Philippines
23-06-2017
 
 
Recherchez
Recherche personnalisée
Plongeuse.eu, Articles
Accueil
Pacifique
La Mer Rouge
L'Océan Indien
Méditerranée
L'Asie
Les Caraïbes
Divers
Archives galeries
Photos et Vidéos
Portoflolio
Videoflo
Phot'eaux
PhotoFlo
Articles vidéo
Le lecteur de Plongeuse.eu
Techniques et tutoriaux
Bricolage
Photo et vidéo
Plongée
Les offres pros
Les actualités
Flash info

Bienvenue sur Plongeuse.eu !

Vous trouvez dans les menus sur votre gauche, les récits de voyages classés par destinations , suivis d'articles relatifs à la vidéo sous-marine, sans oublier le lecteur vidéo en format Flash des films réalisés par mes soins !

 New Galerie Photos Sous-marines: Phot'eaux   Galerie Photos : Portoflolio  et  Galerie Vidéos : Vidéoflo

Dans le menu "haut", vous pourrez visualiser sur une carte issue de Google les repères géographiques  des destinations pour lesquels j'ai réalisé des compte rendus... Ca se passe ici : La carte des Binomettes
  Amusez vous bien ! 
 
Les Philippines Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Flo   
23-03-2007
Index de l'article
Les Philippines
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5

ImageEt oui, après plusieurs voyages par ci ou par là, cette année, c’est décidé, nous avions choisi de partir en Asie, et plus particulièrement les Visayas aux Philippines., les Cr  des habitués de la région nous ayant confortées dans ce choix. 

N’ayant point l’habitude de ne pas passer par un TO, nous avons donc cependant choisi de le faire cette fois-ci, écoutant les bons conseils trouvés sur le site www.plongeur.com. Nous réservons donc un billet sur les lignes de Cathay Pacific – Paris/Hong Kong/Cebu, compagnie suffisamment bien connue pour la qualité de ses prestations – puis un séjour « island hopping » de Sea Explorers décomposé en 5 nuits à Malapascua, 3 nuits à Panglao, 3 nuits à Cabilao et 4 nuits à Dauin, 11 jours de plongées illimitées prévus, nous rajouterons deux plongées supplémentaires.

La prise en charge par Sea Explorers s’est pour nous très bien passée, de l’arrivée à l’aéroport de Cebu ce 6 mars 07 à notre retour. Seul le transfert de Malapascua à Panglao ne sera pas assorti de plongée, ce qui une fois le voyage réalisé me semble tout à fait normal.

 

Nous débarquons donc le 6 mars à Cebu après ce long voyage, le plus long que nous ayons jusque là réalisé. Nous sommes accueillies par notre premier taxi qui nous mènera jusqu’au petit port de Maya au nord de Cebu. Nous partageons ce van avec un couple suisse fort sympathique avec qui nous plongerons lors de notre première escale, nous les retrouverons en dernière destination. Le trajet durant 3 heures, nous nous immergeons assez rapidement dans l’ambiance locale : priorité à celui qui possède le plus gros véhicule ou encore celui qui roule et se faufile le plus vite, y compris en ville. Le klaxon n’est pas un accessoire, mais plutôt un élément essentiel de conduite. Nous nous apercevons assez vite que la vie abonde par ici, et que ceci ne cesse de croitre au vu du nombre impressionnant d’enfants si souriants que nous croisons ici ou là.Image

Le long de la route que nous suivons, nous passons au travers de villes contigües, croisant d’innombrables jeepneys, tricycles motorisés ou non et bus locaux. Le nombre de passagers au cm² ressemble étrangement aux transports d’ici jour de grève… 

Ici, les villas luxueuses ne sont pas nombreuses, mais elles ne sont pas isolées dans un quartier particulier, elles se trouvent mélangées au reste du village, parfois parmi des maisons très modestes.

Alors que nous arrivons au petit port, disons plutôt au petit débarcadère de Maya, nous grimpons pour la première fois sur une bangka. Ce type de bateau permet d’approcher de près les côtes peu profondes du fait d’un très faible tirant d’eau, les balanciers rétablissant alors l’équilibre de l’embarcation. En revanche, ce n’est pas très manœuvrant, et assez peu confortable par mer formée…

 

Nous arrivons donc à Malapascua et sommes accueillis par Sven, le chef du centre de plongée qui va nous expliquer le fonctionnement du centre. Il nous présentera par la suite au responsable de l’hôtel voisin, l’Hyppocampus, qui nous hébergera ces 5 premières nuits.

ImageLa chambre, loin de 30 m du centre, est confortable et spacieuse. Cependant, le maître des lieux semble être en perpétuelles vacances et ne s’occupent guère de ses clients. Cela se ressent dans l’organisation générale qui est assez cafouilleuse. Pas bien grave, nous sommes en vacances ! 

Nous ferons un tour dans cette petite île dans laquelle il ne faut pas hésiter à essayer les restaurants de très bonne qualité. L’île contient plusieurs villages, visiblement essentiellement des pêcheurs. En nous baladant, nous rencontrons beaucoup d’enfants, tous plus souriants les uns que les autres, s’essayant pour une très jeune à l’anglais  « Good morning ! » nous lance une petite d’à peine 3 ans !

Nous nous étonnons de trouver autant de gallinacées vagabondant un peu partout… Nous découvrirons dès la première nuit que ces animaux entament dès le coucher du soleil une compétition qui durera jusqu’au milieu de la matinée : « comment faire plus de bruit que les chiens hurlants ? ». Nous ne les entendrons si bien que là, les autres hôtels que nous utiliserons doivent se trouver plus éloignés qu’à Malapascua !

 

ImageNous entamons les plongées dès le lendemain matin, par le site de Chocolate, une petite île non loin de là. Notre guide ici sera Titing, guide philippin.

Je dois dire que j’ai été extrêmement surprise dès que mes yeux ont pu voir sous l’eau : eau très verte, très chargée, aucun poisson… Je n’en dirais pas plus, si ce n’est que cette plongée doit faire partie de mon top 10 des plus moches…

C’est donc avec une certaine appréhension que nous entamons la 2ème, sur le site de Bantigue. La visibilité est déjà bien meilleure, même si l’eau reste assez chargée. Nous plongeons sur du sable, à la recherche de nos premières bêtes bizarres, et nous en verrons quelques unes tout au long de notre séjour !

Nous voyons donc des dragonnets, une petite seiche « arlequin » ( ?), quelques nudibranches. Nous ressortons assez déçues, il n’y a pas grande vie par ici.

Malapascua est réputée en plongée pour deux choses principalement, les requins renards et les poissons mandarins. Nous terminons notre première journée par la plongée au soleil couchant, permettant de voir ces fameux mandarins. Ce sont de grands timides et nous auront grand plaisir à les voir durant plus de 40 minutes ! La plongée se termine de nuit, nous découvrons nos premiers hippocampes. Une bien belle plongée enfin !

Le lendemain matin, nous partons tôt : pour avoir plus de chance de voir les requins renards, il faut plonger tôt, le départ est à 5h30 pour « Monad Shoal »… Vu le bruit que font les coqs, cela ne pose aucun problème. Après 25 minutes de bateau, nous arrivons sur le site, perdu au milieu de rien. Le bateau s’attache à une bouée prévue à  cet effet. Hop, nous voilà vers 20 mètres, allongés au sol à attendre. Après 20 minutes d’attente, nous apercevons dans cette eau laiteuse l’ondulation de l’immense queue du premier requin ! Ils sont en fait 2 à venir se faire nettoyer par les petits labres assez nombreux. L’aspect de ces requins est assez impressionnant, de part leur taille respectable, leurs grands yeux bien sombres. Ils tournoient autour de nous aussi, visiblement aussi curieux que nous de cette rencontre. Après 10 minutes, ils repartent dans le flou… Nous levons alors les yeux et avons la chance de voir passer trois grandes raies, des mobulis je pense. Nous changeons de place pour retrouver un peu plus loin deux autres requins ! Les 60 minutes de plongée passent alors très vite, et nous voilà déjà remontés. Une très belle plongée pour ces grosses bestioles. Mais je suis toujours aussi étonnée de ne pas voir d’autres poissons, même petits… Nous referons cette plongée deux autres fois, et approcherons les requins à chaque fois.

La journée entière restant nous permet d’effectuer tranquillement deux autres plongées. Nous irons visiter une épave située à plus d’une heure de bateau, le « Doña Marylin» coulé dans les années 80. Elle est recouverte de coraux et de gorgones. Nous rencontrons beaucoup de vie paradoxalement aux vies humaines nombreuses perdues ici. Deux belles raies pastenagues sont cachées sous la coque couchée sur un flanc sur un fond de sable. Par ici une murène, par ici un tétrodon… L’eau est assez verte, je verrais  bien ce que donnera le film… Ah oui, cette année, je me teste à la vidéo, je n’ai pas d’éclairage, juste un filtre orange, vu l’opacité de l’eau jusque là, c’est un peu dommage, j’espère toutefois me rapporter de beaux souvenirs.

Nous plongerons trois fois près de l’île Gato, petit rocher verdoyant planté au milieu de rien. L‘île est traversée par un large couloir sous-marin d’une cinquantaine de mètres. D’un coté, l’eau est très claire et laisse apparaître l’entré du couloir. Ce dernier est habité de nombreux animaux comme des bernard l’hermite, des crabes… La sortie, faite une fois en vrac du fait d’un fort courant à l’intérieur, est très jolie du fait des lumières et du halo de poissons hachettes qui attendent là. A peine sortis, nous croisons des requins pointes blanches qui ont visiblement l’habitude de tourner par là. Nous en trouverons deux autres dormants dans des grottes sous les gros blocs de pierre juste à coté de la sortie du couloir. Nous terminons cette plongée en contournant l’île main droite. Bizarrement, l’eau est verte et très chargée de ce coté là…

ImageImage

ImageNous rencontrons des mantes, des nudibranches en nombre, une porcelaine… Au détourd’une roche, l’eau s’éclaircit soudain, mais le courant de face se fait assez fort et nous peinons un peu à rentrer. Nous croiserons tout de même deux poissons crapauds roses sur ce récif corallien, ainsi que des poissons papillons, clowns et anthias.

Nous ferons une autre plongée de l’autre coté, cette fois, en longeant l’île main gauche. Encore quelques grottes et de gros blocs de pierre bordent le site. Les roches sont recouvertes de coraux mous, c’est extrêmement joli ! Nous découvrirons du petit : des nudibranches, des hippocampes… et du plus gros : deux requins pointe blanche, l’un se baladant entre les roches, l’autres dormant dessous ! De bien belles plongées sur ce site un peu lointain et assez fréquenté, nous y avons pris plaisir.

 

Les dernières plongées de l’île se feront près d’une île située à 90 min de Malapascua, Calangaman Isand. Il s’agit de plonger sur un tombant dont nous ne verrons pas le fonds alors que nous nous arrêterons vers 30 mètres. Il est recouvert de gorgones, de coraux et les poissons de récif y sont nombreux ! C’est magnifique ! Ma fin de plongée, comme partout ailleurs d’ailleurs, se fait sur le plateau frangeant, la profondeur de celui –ci varie de 10 à 5 mètres et est souvent très habité (sable et patates de corail, ou tout simplement une multitude de coraux).

Force est de constater que la pêche à la dynamite est toujours d’actualité vers Malapascua, bien que cela soit désormais interdit. Nous nous le sommes fait confirmer par les guides locaux un peu plus tard, car nous avons, à Cabilao, entendu en plongée les vibrations sourdes transmises dans l’eau. Sur Dauin, l’on nous explique que cela ne se pratique plus, les communes ayant instaurées des réserves, payantes pour les plongeurs, pour indemniser en quelque sorte les pêcheurs. En tout cas, sur les lieux où cela se pratique, le manque de poisson est très marqué et rend les récifs concernés un peu lugubres.


 
< Précédent
Corse
Bali
Mayotte plongée
Mayotte
Photos Philippines
Photos Maldives
Seychelles
Photos Dominica
Photos Corse
Annonces Pros
 
Top! © Plongeuse.eu 2007 - Réalisé avec Joomla Top!