La Réunion île intense

Océan Indien

15 jours dans l’océan indien, la Réunion

Je voulais voir les baleines !!

Et oui, l’an dernier, nos réunionnais préférés nous ont envoyé des méga-octets de baleines, et plouf par ci, et paf par là,…
Non de non, je …j’aimerais bien revivre cette fabuleuse rencontre avec ces cétacés !

Ni une ni deux, j’adresse des mails, je fouille , nous irons à La Réunion cette année ! Comme les réponses nous confirment que ce n’est pas forcément le top pour la plongée sous marine, nous couplons ce voyage avec une croisière aux Radames, Madagascar.
En plus, c’est simple, Air Austral ( qui permet des vols depuis Marseille) dessert les deux, impossible de réserver sur internet lorsqu’on fait un stop sur l’une des destinations, mais très simple au téléphone pour un prix tout à fait correct. Le seul hic de Marseille, c’est qu’il y a vraiment très peu de vols. Ça colle bien pour l’aller, mais pas pour le retour ( je compte mes RTT sur les doigts d’une seule main, impossible de tirer les vacances jusqu’une date retour Marseille).

Fin septembre, les vacances !
Nous nous installons dans l’avion, la brochure Air Austral nous fait déjà des promesses.

Et oui, encore une queue de baleine, s’pèces de copieurs !!

Au début du vol, juste avant qu’il ne fasse nuit, nous sommes juste avant la botte de l’Italie, nous survolons le Stromboli !

Autant le dire tout de suite, pas la moindre baleine, pas le moindre souffle, rien, nada sur le séjour à la Réunion.

Nous le savons déjà en fait depuis un bon moment, 2019 n’est pas une grande année de présence des cétacés.

Suivant les conseils des locaux, nous serons logés à Saint Gilles, départ de la majorité des clubs de plongées. Nous avons loué une voiture à une petite société locale, que je recommande vraiment ( résa par internet, le loueur vient nous chercher à la sortie de l’aéroport, nous faisons le tour de la voiture en 5 minutes, l’affaire est réglée. Idem pour la rendre, pas de mauvaise surprise, pas d’attente, top – info sup à la demande ).

Le logement que nous avons se trouve juste de l’autre coté de la route du club qui nous fera plonger toute la semaine https://www.escapadeplongee.com/ , c’est super pratique !
Les personnes du club sont accueillantes, au petit soin. Nous pouvons y laisser notre matériel ( sauf ordi et APN, bien entendu). Le bateau est très confortable, y compris pour notre précieux matériel.
Nous ferrons deux plongées le matin, 10 en tout.

Un petit mot aux copains du coin, on organise un apéro “corse” bien sympa le dimanche soir, Manue, Cédric et Simon nous rejoignent, la soirée file vite, merci à eux, ce fut une belle soirée !

Et la plongée ?
Et bien, je suis finalement assez surprise, je ne m’attendais pas à tout en fait. Oui, très peu de faune fixée, mais il y a des très beaux paysages sous marins, avec des failles, des tunnels, des cheminées …
Et les plongées nous permettent de rencontrer une variété assez importante de poissons, assez près du bord parfois !

Il est des noms de site que je “connais”, mais là, on les visite.

Cap Houssaye par exemple :

Deux bancs de bécunes s’y promenaient, un très gros, que je n’ai pas pu approcher, et celui-là, beaucoup plus petit, proche de la grotte.

Mais on, y a également vue une raie léopard ( trop loin pour la photo), de belles patates rocheuses coralliennes bien colonisées, quelques exemples ci-dessous :

Des crevettes stenopus :

un poulpe curieux

des poissons chats

ou encore ce diodon juste en dessous du bateau

Nous avons les après midi de libre, du coup, on en profite pour visiter le dessus aussi !

Sauf au sud, le bord de mer est vraiment très urbanisé, je ne pensais pas autant. Mais un peu partout, il est possible de se retrouver au milieu de la nature, au bord des nombreuses cascades accessibles plus ou moins rapidement.

Cascade Langevin

cascade Niagara où les gens apportent leur pique-nique

Cascade délice

Anse cascades

Bassin la paix

Pour ces vacances, nous avons fait le choix de n’emporter que les objectifs GA.
Ma configuration me permet toutefois d’emporter également mon 12-35, qui m’autorise les portraits tout en conservant un bon angle pour les paysages, juste une bague à prendre en plus.

C’est ce que je vais utiliser pour la plongée “Saliba”

Ce jour là, le club nous largue sur le site, les autres plongeurs n’ont pas le niveau pour plonger là visiblement. C’est l’un des rares sites où l’on trouve les grandes gorgones. La description faite en surface est très claire, je retrouve bien les roches sous l’eau.

Les gorgones se détachent très bien, la visi est top

Bon, j’aurai peut être du être avec le 8mm !! Heureusement, le 12mm est permet quand même le GA !

Il y a plusieurs roches à explorer, mais c’est assez profond, nous décidons de revenir vers la côte afin de ne pas prendre trop de palier. Les roches sont assez pelées, mais par-ci, par là, une grosse anémone avec ses clowns nous occupent !

C’est ça qui est très surprenant : les plongées que nous avons faites sont souvent très près du bord. Vu de loin, les récifs sont assez nus, mais pas sans vie ! Ici une anémone, ici un poisson feuille…( que je n’ai pas réussi à mettre correctement en boite !). Et surtout, des failles, des couloirs, des cheminées et dedans, plein de vie !

C’est le cas de la plongée “La Cheminée”, Cap Homard

Durant tout le début de la semaine, nos plongées se sont faites sur les sites du nord de Saint Gilles; trop de houle pour aller vers le sud.
Faut dire qu’ici, quand il y a de la houle, ça tape direct le bord de mer. Vu de loin, j’avais bien compris que la barrière de corail était petite, mais je n’avais pas réalisé à quel point ! Du fait, on plonge toujours en dehors, et donc, ça peut devenir assez vite sportif.

Ci-dessous, un jour de vent ( pointe Langevin)

Nous avons eu assez de chance du point de vue météo, la houle s’est calmée, nous avons donc aussi pu faire des plongées vers le sud, Trois bassins pour la première, dont le décors change des autres récifs visités jusque là. On y retrouve du corail, de belles patates, avec une belle diversité. Je l’aurais bien faite une deuxième fois celle-ci !

Et bien sur, l’une des autres plongées phares dont le nom m’est bien connu, Passe l’Hermitage. Nous avons la chance d’y plonger deux fois. La visibilité était correcte la première fois, très laiteuse la deuxième. Normal, la houle était en cours de se lever, et comme dit plus haut, on plonge vraiment très près du bord ! Le programme ? Et bien, on cherche la roche à tortue, on se promène le long des gros rocher avec ses platax, ses vivaneaux, gros yeux..Puis, on revient vers le bord pour se faufiler dans les canyons qui offrent des tunnels, grottes et surplombs superbes. Au milieu de cette passe, quelques blocs de coraux et roches, du sable pour ce qui est du fond, et, lorsque l’on lève le nez, on y trouve un énorme banc de bécunes et avec chance, des raies léopards.

Nous voilà la dernière plongée réunionnaise, il est temps de refaire surface avec ce joli banc de bagnards qui vient nous saluer sous le bateau.

Vous le savez certainement, il y a des Caméléons à la Réunion, Manue nous y emmène ( Merci !!!) Nous nous promenons sur le Marché de Saint Pierre, puis, en bord de mer

Le lendemain, nous nous promenons à Cilaos, une belle marche de plus de 3h, c’est sauvage, magnifiques paysages.

C’est la fin de la partie Réunion, demain, nous partons pour Nosy Be, une croisière recommandée par Cédric, avec http://www.diving-cattitude-nosybe.com/fr/ à destination de Radames…

Plongeuse.eu sur les réseaux sociaux

Située non loin de Madagascar, la Réunion offre à 11h de vol de la métropole des paysages somptueux. Baignée par les eaux de l’océan indien, elle n’est pas entourée d’un grand lagon comme peut l’être l’Ile Maurice sa plus proche voisine.

Décalage horaire entre métropole et l’île plus 2 h en été et 3h en hiver.