Madagascar, Radames

Océan Indien

15 jours dans l’Océan Indien, Madagascar

A la suite de notre séjour sur l’île de la Réunion, nous préparons nos bagages pour la deuxième partie du séjour. Madagascar, Nosy Be, croisières Radames. La suite, c’est deux petites heures d’avion, nous voilà à Nosy Be.

Nous avions contacté par mail l’un des hôtels recommandés par Malik sur son site pour y passer la première nuit avant de partir en croisière, hôtel que nous retrouverons à la fin du séjours avant le grand retour. Nous avons opté pour la structure Chez Gérard et Francine, petit hôtel du bout d’une plage, dont les quelques chambres spacieuses et confortables se trouvent presque dissimulées dans un jardin botanique très bien entretenu. Le soir, quelques makis viennent dévorer les mangues tout juste murs en plein milieu du jardin.

Le soir, Malik vient à notre rencontre se présenter et nous expliquer ce qui va se passer demain matin : on vient nous chercher en taxi, jusqu’au port, transfert sur le catamaran et départ, simple non ?

La croisière :

Un peu de logistique. Le catamaran n’est pas très grand. Il y a deux cabines avec un lit double en haut et deux cabines individuelles dans les flotteurs. Chaque cabine dispose d’un cabinet douche/toilette.
Ce n’est pas très grand, mais c’est suffisant et confortable ( pour nous, qui avions une cabine double sur le haut des flotteurs). Le carré est le lieux de repas, confortable également. L’équipage, le capitaine, le matelot (compresseur etc), le cuisinier (top !!! ) sont au petit soin avec nous. En gros , 6 clients max, et 4 personnes pour s’occuper de nous, c’est pas le grand luxe ça ?
Si vous avez un régime alimentaire particulier, il faut le dire avant de partir. Globalement, on mange trop, c’est trop bon, mais on mange trop. Françoise a son repas poisson, râle parce qu il y en a trop !!

L’arrière du bateau est destiné à la plongée, les blocs, les compresseurs…

Nous partons vers le sud

Nous sommes en plein gros mouvements de lune, ce qui normalement implique de gros flux, du courant très fort quoi. Nous n’aurons quasi aucun courant toute la semaine, ce qui perturbe beaucoup Malik, qui ne s’attend visiblement pas à si peu de courant.
Cela aura comme conséquence la non présence des prédateurs sur les sites : pas ou peu de requins, de thons, thazars…

Bon, nous, nous ne sommes pas forcément venues pour ça, alors, ça nous chagrine pas plus que çà.
Mais bon, on sent bien que cela aurait pu être plus…mieux ?

Faut dire, nous, nous ne sommes pas difficiles, alors, nous nous régalons. Nous avons quand même la grande chance d’être en mer, en vacances, avec juste nous en plongeurs, sur des sites à des kilomètres du bord. Nous y  observons un requin léopard, mais il ne veut rien de photo. Ailleurs un banc énorme de perroquets à bosse.

le banc, de loin…

En fait, ce qui est surprenant ici, c’est que le tombant se situe très très loin des cotes ! Quand je dis loin, c’est plusieurs kilomètres !! Nous avons à peu près tout le temps l’impression de plonger au milieu de la mer !

Mais non, il y a un récif à une quinzaine de mètres environ, puis le tombant après, mais on est vraiment loin de la cote !! ( ou des iles!).

Le principe, nous faisons deux à trois plongées par jours, puis nous nous mettons au mouillage proche d’une des iles des Radames ( et nous y débarquons avec le youyou du catamaran). Nous sommes souvent au milieu de rien, sauvage, c’est top !

Les deux premières plongées de croisière ont une visi un peu chargée. Ça tombe bien, j’ai installé mon 12-35, je ferais un peu de portraits. J’affectionne en particulier les poissons ange, et ici, il yen a pas mal, assez variés.

Je commence par l’ange semi circulatus :

Mais bien entendu aussi l’ange empereur :

Le lendemain, nous sommes sur zone et plongeons trois fois, à la recherche, vaine, de pélagique… Mais franchement, le spectacle du tombant de Greg Wall efface totalement le manque de grosse bestiole.

En fait, je suis toujours au 12-35, et j’ai du mal à faire rentrer les gorgones dans la boite à images.. En revanche, pour le pterois, ce sera en boite !

ou encore pour ce joli poisson feuille jaune.

Celui-ci, en pleine séance de nettoyage :

Le soir, quand on est au mouillage, que l’on a fait un petit tour ou pas sur l’île voisine.

On revient à bord, les pêcheurs locaux sont encore à l’œuvre.

Nous mangeons ( mais qu’est-ce qu’on mange sur ce bateau !!), nous papottons. Nous ne sommes pas nombreux. Nos compagnons de voyage sont un père (qui a décidé de ne pas user l’eau du bateau, il ne se lavera pas de la semaine . Pis le truc, c’est qu’il ne plonge pas le Monsieur… ) et son fils, un couple italien/espagnol qui ne parle pas un mot de français (Malik essaie de discuter un peu avec eux, nous aussi, même si mon anglais est limité) et qui a du trouver un peu beaucoup d’isolement quand même, et enfin un retraité qui profite de ses vacances éternelles.
J’ai oublié, lorsque nous naviguons, l’équipage, enfin, Will pêche à la traine. Le fils du Monsieur qui fait la grève de la douche est un adepte, ils lancent un concours Mada – Waza ( Waza = Zoreille, Popa …) Z’ont attrapé deux thazars, deux gros mérous, un gros barracuda (énorme même), raté plein de trucs, dont un espadon… Puis les trucs, bien nous les mangeons. Je vous ai dit, nous mangeons beaucoup sur ce bateau !
Le soir, les batteries sont chargées ( le bateau, avec son équipement solaire, permet d’avoir de l’électricité toute la journée), les appareils prêts pour le lendemain. Une fois la nuit arrivée, que les discussions ralentissent, tout le monde regagne sa cabine.
Il est l’heure de dormir, demain, nous nous  levons tôt.

Je n’ai pas fait de photo la nuit… mais ce que je peux dire, c’est que ce n’est pas la pollution des villes alentours qui nous gatte les étoiles… C’est juste superbe !

Ce qui est vraiment surprenant ici, c’est la distance qui sépare le tombant de la cote, plusieurs kilomçtres et hop, nous passons de 15/20m max à la ligne du tombant…

Sur la frange du récif, beaucoup de coraux, beaucoup de vie, quelques exemples ci-dessous :

Les plus beaux tombants que nous verrons, Cyclone, mais surtout Greg Wall ( un pinacle et une grotte ) nous offrent des décors somptueux.

Quelques images de Cyclone :

Et puis Greg wall :

La descente dans la grotte ( en fait, un tunnel dans le récif, qui part de -33 m et arrive vers le pinacle après une 20 aine de mètres dans le récif vers les 38m. Tunnel bien large, même si l’on ne passe pas à deux cote à cote).

La descente :

L’entrée :

On arrive vers la sortie ( assez vite donc):

Dans le tunnel, je suis très surprise de la vie qu’y s’y protège. Je pensais voir des espèces qui se planquent ( genre les poissons hachette ) , bien non, ce sont les mêmes que sur le récif, mais en mode planqués !
Il y a au fonds des coquillages qui ressemblent à des pousses de nacre sur du gros sable. le fait que ce soit ce genre de fonds, quand je passe, en premier ( on m’a désigné d’office ), je fais bien attention de ne pas labourer le substrat, mes deux co équipiers me suivant n’auront donc pas la visi bouchée.

La sortie dans le bleu, au pied du pinacle presque, est magnifique car on arrive dans d’énormes palmes de gorgones.

Outre le banc de perroquets à bosse énorme (j’en avais déjà vu aux Raja Ampat, mais jusque quelques individus), la photo plus haut ne montrant qu’une infime parti du troupeau, du requin léopard que je ne pourrais pas montrer puisque juste observé, j’ai eu la chance aussi de rencontrer une nouvelle espèce (nouvelle pour moi, hein) de l’un des mes poissons favoris, la famille des anges.

Il en est donc un que je n’avais donc encore jamais croisé, celui-ci !

Pour la croisière, Malik et son équipe se mettent en quatre pour nous faire plaisir. Et les plongées, toujours guidées par lui sur de très beaux récifs. Il s’inquiétait cependant de la non présence de prédateurs tels que les thons, thazards mais aussi requins…J’espère qu’il ne s’agissait que d’un coup de pas trop de chance ( j’hésite à dire “pas de chance”, car se trouver là bas sur un bateau pour plonger, c’est quand même déjà pas mal de chance ).

Contrairement aux croisières que j’ai pu faire jusque là, où parfois l’on part très loin des cotes, mais surtout, où l’on ne descend quasi jamais à terre durant le séjour, Malik propose donc tous les soirs de mettre pied à terre. Parfois, un village est installé non loin, parfois non, parfois, une famille de pêcheurs nomade s’y trouve. Toute le monde voyage en boutre, une installation de “camping” est faite sur la plage, les pirogues sont à la pêche, les jeunes participent aussi en récoltant quelques poissons depuis la plage.

En route, d’une plongée à l’autre, nos regards sont attirés par des oiseaux qui semblent pêcher, beaucoup de remous lorsque nous approchons. Il s’agit d’une famille de dauphins, assez timides. Nous n’avons visiblement pas le temps de tenter une mise à l’eau, mais nous nous en approcherons plusieurs fois. ces derniers nous accueillent avec quelques pirouettes.

Une fois les pirouettes terminées, nous apercevons un souffle au loin. Nous nous approchons, une baleine à bosse sonde juste à notre arrivée ! Quel spectacle !

Les 6 jours passent assez vite, le dernier soir, nous sommes près de la côte (grande terre) et rentrons à l’embouchure d’un fleuve, jusqu’à l’approche d’un village. Pour l’occasion, le maitre d’école du village nous fait la visite, nous montre les deux salles de classe…

Et voilà donc notre dernière nuit à bord, le soleil prend une très belle couleur qui embelli la baie dans laquelle nous sommes.

Le lendemain, une fois nos plongées terminées, nous repartons vers Nosy Be et nous arrêtons sur l’ile de Nosy Iranja avec sa superbe plage. Un gros village est installé, nous retrouvons le monde et la consommation…

Il est temps de rentrer à Nosy Be, la croisière s’achève. Mais, dans la baie, il est fréquent de croiser le requin baleine… Nous en trouverons un, très pressé. J’ai juste eu le temps de prendre mon masque, le requin est déjà passé lorsque je le mets dans l’eau… Contente de l’avoir vu, mais j’espère le voir un peu mieux demain…

Nosy Be, c’est aussi l’endroit pour voir les requins baleine.

Avant de partir en croisière, sur les conseils de Penti ( qui nous a également bien aiguillé avec le choix de Diving Cattitude et Malik !), merci à lui tout plein , nous avons réservé notre dernière journée avec Les Baleines Rand’eau , prestataire local pour observer les requins baleine qui croisent juste là dans la baie.
En me connectant à l’hôtel sur internet de retour de croisière, je trouve le message de Simon qui m’indique avoir réservé sur le même bateau que nous demain, il est en congé ici avec Linkou !! Quelle cloche je fais, lors de l’apéro en début de séjour, il nous l’a dit pourtant ! J’avions rien compris, je croyais qu’il était à Bunaken…rien à voir…

Le lendemain, nous traversons avec nos caissons toute la plage pour arriver au centre où nous rejoignent les jeunes. Il y a une grosse collec’ de caisson d’un coup ! De la promo pour Nauticam presque !

Nous partons à la recherche du grand requin, il y a bien des chasses, mais pas le moindre requinou durant un bon moment…

Plus loin, ça s’agite, un coup de tel et hop, nous nous dirigeons vers un endroit où des raies Mobulas se dandinent juste sous la surface. Les coquines s’amusent bien, mais sont toujours un poil trop loin. J’essaie quand même quelques prises :

Enfin les voilà, les bébés requins baleine. Nous assisterons le soir à une conférence qui nous explique que ceux que nous voyons ici sont des juvéniles, entre 4 et 7m, les adultes, eux peuvent atteindre 20m !!

Il y a comme un truc qui me fonce dessus !!!

Nous avons été gâtées je vous dis !! Puis, nous avons aussi pu observer une baleine d’Omura…pas eu le droit de se mettre à l’eau, mais elle se nourrissait, nous avons donc pu bien l’observer ! Quelle journée !!

Une fois la promenade avec les requins ‘déjà) achevée, avant le repas les pieds dans le sable, nous nous rapprochons d’une ile où les tortues viennent manger.
Le site n’est pas profond, ressemble à la plage de Boueni à Mayotte, pour ceux qui connaissent, du moins, je trouve.

Chacun part de son coté à la recherche ( simple) des bestiaux. Simple, car en fait, il y a beaucoup de tortues ici !

Mais je n’arriverais pas à sortir une belle image à mes yeux, pas mal, mais je pense qu’il est possible de faire beaucoup mieux !!

Le prestataire pour cette sortie , recommandé par Cédric donc ( merci encore ) : https://baleinesrandeau.com/fr/ top, service au poil, nous n’étions pas trop sur le bateau ( 7 clients), la matinée passe super vite !

Pour terminer, quelques images de l’hôtel Chez Gérard et Francine.

En petit déjeuner uniquement. Leur site : http://www.gerard-et-francine.com/fr/

Pour information, il faut venir avec des euros pour payer le Visa touristique dès l’aéroport, nous avons acquitté 35€ par personne. Des distributeurs sont disponibles en ville. En 2019, 100 000 Ariary correspondent à 25 € environ. Les repas et boissons locales sont vraiment peu cher et de bonne qualité dans tous les endroits où nous avons mangé.

Je remets les liens des prestataires avec qui nous avons plongé à la Réunion https://www.escapadeplongee.com/ ainsi qu’aux Radames http://www.diving-cattitude-nosybe.com/fr/
et la sortie requins Baleine : https://www.baleinesrandeau.com/fr/

Nous reviendrons par ici, c’est fort probable !

Pour aller plus loin avec les images

Galerie photos terrestres

Galerie photos sous-marines